5. Les quatre types d’économie

Il existe quatre types d’économies suivant les effets qu’elles produisent sur les individus, les sociétés et le monde.

1. L’économie BIOCIDE

Elle détruit la Vie.

economie-biocide.jpgDans sa forme la plus grave, c’est l’économie occidentale actuelle appliquée aux pays non occidentaux.
Ses effets : guerres, famines, crash boursiers, immigrations, épidémies non soignées, misère, malnutrition, esclavage plus ou moins déguisé, exploitations sexuelles, analphabétisme, surexploitation des ressources, destructions des cultures vivrières et des cultures humaines, destruction des forêts, déversement de produits chimiques et radioactifs, etc.

Dans sa forme la moins grave, elle permet apparemment l’entretien de la vie, mais amorce le déclin vers la mort. C’est l’économie occidentale dans les pays occidentaux.
Ses effets : chômage, montée de l’insécurité, insatisfaction psychologique, destruction des services publics, régression de tous les acquis sociaux, diminution des postes d’enseignants, passage en force des réformes, diminution de la démocratie, « vampirisation » des pays pauvres maintenus en esclavage grâce à des monnaies manipulées par le système monétaire, malbouffe, organismes génétiquement trafiqués, vache folle, amiante, marées noires, risque de chaos social par effet domino, surarmement, cultures de virus mortels, utilisation d’énergies dangereuses, polluant ou aggravant l’effet de serre, etc.

2. L’économie BIOSTATIQUE

economie-biostatique.jpgElle permet le maintien en vie, mais n’apporte pas d’amélioration à la condition humaine, ni sur un plan matériel, ni sur un plan culturel. L’illustration d’une telle économie est l’économie de survie, dans une société culturellement figée. Tout au long des siècles, on a vu ça et là de telles économies. Elles peuvent durer quelques siècles, ou parfois des millénaires, dans des zones reculées. Mais elles sont très fragiles face à l’arrivée d’envahisseurs ou de cultures différentes.

 

3.  L’économie BIOACTIVE

economie-bioactive.jpgElle permet l’entretien de la vie et augmente la qualité de la vie des citoyens. L’exemple le plus parlant pour nos contemporains était sans doute celui des fameuses trente glorieuses… à condition de restreindre notre observation aux seuls pays occidentaux qui y trouvaient avantage. Ses effets : une croissance de la qualité et de la quantité des services, retraite et santé solidaires, inventions, progrès techniques, confort accru, pouvoir d’achat augmenté. Pour les occidentaux d’aujourd’hui, cette période ressemble à un âge d’or où tout semblait possible. C’était évidemment une illusion, car si l’âge semblait d’or pour les Européens, il s’appuyait sur la colonisation et l’exploitation de la masse ouvrière locale ou étrangère. Ce modèle est évidemment obsolète et les conditions planétaires ne peuvent plus nous faire croire que ce modèle est encore réalisable. Estimer que ce modèle est possible aujourd’hui relève d’une croyance totalement infantile. Il faut faire le deuil de cette époque. C’est ce modèle injuste et illusoire, à peu de chose près, que tentent jour après jour d’entretenir ceux qui tiennent les rouages du Monde.

4. L’économie BIOGENIQUE

economie-biognique.jpgNon seulement elle entretient la vie, mais en plus elle la génère ou la régénère. Ses effets : évaluation puis résolution juste des besoins des populations, économie saine, vie restaurée, respect de chacun, abondance juste, accès pour tous au confort et à la maîtrise de sa vie, écosystèmes restaurés, maîtrise de l’énergie et des ressources, protection et soin des enfants, perspective d’avenir…

C’est l’objet de la Bioéconomie.

 

 Page suivante

 

 

 

 

 

One thought on “5. Les quatre types d’économie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>